Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Assainissement: supporte et abstiens-toi (le pays briard du 06.07.2010)

Publié le par A.D.A.V

Secrétaire de l'ADAV, l'association de défense de l'assainissement de Villeneuve sur Bellot, Louis Benêteau dénonce les coûts des contrôles suivant les différents syndicats intercommunaux.

 

Il semble que certains de nos élus prônent la résurrection de cette ancienne maxime qu'un certain Zénon avait élaboré il y a quelques 2500 ans. Ce serait certes beaucoup plus simple si les citoyens acceptaient sans rien dire que l'on sonde leurs poches pour y soutirer les derniers sous qui y restent, toujours pour la bonne cause.

 

L'association nationale CLCV (consommation, logement, cadre de vie) vient de faire une enquête sur les tarifs pratiqués par les SPANC et la périodicité des contrôles. On constate qu'il y a beaucoup de disparités et d'inégalités. (Pour le 1er contrôle les prix vont suivant les SPANC de la gratuité à 184 €. Pour les contrôles périodiques les prix sont de 42 à 368 € soit un rapport de 1 à plus de 8).

 

On serait tenter de dire: peut mieux faire, car les SPANC sont avant tout des services.

 

En ce qui concerne le SPANC de Rebais, il est extrêmement difficile d'avoir des précisions sur ce qui se passe. Nous avons consulté les maires adhérents car ce sont eux qui fixent les tarifs. Leur silence est plus éloquent que leur réponse.

 

Le SPANC a institué une première redevance payable au moment du 1er contrôle et ceci jusqu'à fin 2009. A partir de 2010, la redevance est annualisée. Etant donné que toutes les installations n'ont pas encore été visitées, nous aimerions savoir comment ces deux redevances vont être harmonisées, car le paiement ne peut se faire qu'après le contrôle et non avant. Apparemment, c'est une question très difficile dont personne ne semble avoir la solution.

 

Nous continuons à dire que les contrôles tous les 4 ans sont inutiles. Il y a des possibilités de savoir ce qui se passe sans harceler sans cesse la population.

 

Si chacun reste chez soi et subit sans rien dire, il suffit d'ouvrir son portefeuille et le tour est joué. Mais nous avons le droit de savoir. Plus nous serons nombreux, plus notre voix a des chances d'être entendue. Ne restez pas seuls, rejoignez les associations qui se sont créées, car nous avons le droit de savoir ce qui se passe et à quoi sert l'argent que nous donnons aux pouvoirs publics.  

 

 

Commenter cet article